Búsqueda avanzada

TIENE EN SU CESTA DE LA COMPRA

0 artículos

en total 0,00 €

ANDRÉ MALRAUX - CHARLES DE GAULLE, UNE HISTOIRE, DEUX LÉGENDES: BIOGRAPHIE CROISÉE
Título:
ANDRÉ MALRAUX - CHARLES DE GAULLE, UNE HISTOIRE, DEUX LÉGENDES: BIOGRAPHIE CROISÉE
Subtítulo:
Autor:
DUVAL-STALLA, ALEXANDRE
Editorial:
EDITIONS GALLIMARD
ISBN:
978-2-07-011923-3
disponibilidad:
NO DISPONIBLE PREGUNTAR POR EMAIL TIEMPO
28,00 € Comprar

Sinopsis

´ D´abord le passé...´ premiers mots adressés par le général de Gaulle à André Malraux. Première rencontre. Il est 11 heures du matin, le mercredi 18 juillet 1945, au ministère de la Guerre, rue Saint-Dominique, à Paris. Deux légendes se font face : le chef de la France libre et la figure mythique de l´écrivain engagé dans la lutte antifasciste de l´entre-deux-guerres. Sans s´embarrasser ni de circonlocutions ni de formules de politesse, le général de Gaulle s´attaque directement à l´essentiel : André Malraux et ses engagements passés. D´abord surpris (´ Surprenante introduction ´), celui-ci commence alors par expliquer la raison profonde de son engagement : ´ Je me suis engagé dans un combat pour, disons, la justice sociale. Peut-être, plus exactement : pour donner aux hommes leur chance... ´ Puis, il enchaîne en expliquant ses combats dans les années 1930 contre le fascisme : ´J´ai été président du Comité mondial antifasciste avec Romain Rolland, et je suis allé avec Gide porter à Hitler - qui ne nous a pas reçus - la protestation contre le procès de Dimitrov et des autres soi-disant incendiaires du Reichstag.´ Il poursuit en parlant de la guerre d´Espagne pendant laquelle il a combattu aux côtés du gouvernement républicain espagnol contre les militaires du général Franco, en prenant bien soin d´ailleurs de préciser qu´il ne s´est jamais compromis avec les communistes de Staline : ´ Puis il y a eu la guerre d´Espagne, et je suis allé me battre en Espagne. Pas dans les Brigades internationales, qui n´existaient pas encore, et auxquelles nous avons donné le temps d´exister : le parti communiste réfléchissait...´ Enfin, André Malraux termine par une profession de foi : ´ Puis il y a eu la guerre, la vraie. Enfin est arrivée la défaite, et comme beaucoup d´autres, j´ai épousé la France...´ Le coup de foudre est réciproque entre les deux hommes. Débute alors une amitié indéfectible sur les hauteurs pendant plus de vingt-cinq années. Pourtant, cette première rencontre n´a pas été une évidence. Elle a même été tardive.